Conclusion : oui, mais alors, pour qui voter en 2007 ????? Pour qui ?

September 25, 2006

Bref résumé des épisodes précédents : j’étais de gauche parce que je pensais que la gauche incarnait le progrès, la justice sociale et qu’elle était mieux placée que la droite pour moderniser le pays et pour prendre des mesures éventuellement impopulaires mais nécessaires. Pour mon malheur, j’habite en France et il se trouve que les socialistes français sont complètement archaïques, sauf une minorité, genre DSK, prisonnière des dingo-gauchistes.

Mon adhésion à l’UMP n’était certes pas indispensable, je l’ai fait un peu par provocation, mais surtout comme une marque de soutien, en raison du délire anti-sarkozyste. Ce délire est non seulement idiot, il est aussi moralement pitoyable (tu ne penses pas comme moi, t’es un facho), pis encore, totalement contre-productif. Il est évidemment directement lié aux tabous que la gauche a imposé pendant des années sur des sujets comme la sécurité (“l’obsession sécuritaire”), l’immigration (“la stigmatisation des minorités”), l’éducation, l’efficacité économique (“la marchandisation”), service public (à ne pas confondre avec le service effectivement rendu au public), autorité des parents (réac !) droit du travail (pas touche !)…
Le simple fait d’aborder un de ces sujets vous fait directement considérer comme un facho, et les réactions anti-sarkozystes et même anti-Royal ne reposent que la-dessus. Résultat, le PS s’est coupé des classes populaires et l’a payé cher en 2002. Aujourd’hui, Sarkozy fait exploser ces tabous et c’est sain pour le débat politique. A chaque fois qu’il s’attaque à un tabou, où qu’il appelle un chat un chat (racaille, karcher, récidivistes, délinquants mineurs, juges de Seine St Denis, carte scolaire…) la gauche, au lieu de répondre sur le fond, joue les vierges effarouchées, crie au dérapage, réclame des excuses, demande sa démission…et à chaque fois l’opinion approuve, y compris les électeurs de gauche, et surtout les classes populaires. J’entends bien que l’approbation de l’opinion n’est pas le but ultime d’une démarche politique, mais à contrario, mépriser les attentes populaires comme le fait la gauche bobo ne va lui apporter…que des bobos (il est temps que je termine cette story, le niveau de calembour est en chute libre)

Enfin, cette hystérie anti-sarkozyste ne fait que conforter l’aversion de gens qui de toute façon ne voteront pas pour lui (trop jeunes, non inscrits, vote d’extrême gauche, écolo…). Elle n’entame évidemment pas sa popularité à droite, et à mon avis, finira plutôt par lui rallier des indécis. Cà fait 20 ans que la Gauche utilise l’argument du fascisme pour diaboliser le Front National sans y parvenir, il y a peu de chances que çà marche avec Sarkozy. Message à Libé et aux Guignols : continuez, vous contribuerez comme en 2002 à la victoire de vos adversaires ! C’est très fair-play.

Pourquoi Sarkozy est mon candidat pour 2007 :
> il a une philosophie dont je suis proche (par exemple au hasard le libéralisme), mais qui se décline de manière pragmatique dans un programme, des propositions. C’est la-dessus qu’il faudra discuter et pas sur la personne. Il n’est en aucun cas d’extrême-droite, il est juste de droite sans complexe. Ce qui est sur, c’est que depuis 5 ans, en France, le débat politique n’est nourri que par ses idées, à part quelques sorties récentes de Ségolène. C’est un des seuls à dire : “Regardons ce qui marche ailleurs et voyons si on peut l’appliquer”, c’est un des seuls à proposer de tester des lois avant de les rendre définitives; etc; etc…Même s’il joue souvent la provoc’, çà a au moins le mérite de faire sauter les tabous et rien que A propos, si quelqu’un est au courant d’un projet politique à gauche, je suis preneur. A part le torpillage du traité européen, l’anti-sarkozysme et des querelles de personne, c’est le néant absolu. La honte.

> il a de l’ambition et il l’assume : on ne prend pas la responsabilité d’un pays de 60 millions d’habitants si on n’en a pas une envie très forte. La fausse humilité à la Jospin/Hollande (“je veux bien être candidat, si çà peut rendre service…”), c’est à la fois du pipeau auquel personne ne croit, mais c’est surtout une démarche qui n’est pas celle d’un potentiel chef d’Etat. On vit dans un monde de brutes, on a besoin de personnalités fortes à la tête du pays.

> il a la capacité à entrainer du monde derrière lui. Cà veut dire d’abord un parti, l’UMP, d’où sera tirée une majorité pour voter des lois, çà veut dire aussi des réseaux (hauts fonctionnaires, administration, élus locaux, entreprises, société civile, grands penseurs comme Doc Gyneco, Johnny, votre serviteur…) C’est particulièrement nécéssaire si on veut faire des réformes.

> il est bien entouré : il a monté des équipes jeunes et efficaces qui bossent pour lui dans tous les domaines, il nous débarassera en prime de toute la clique chiraquienne, ne gâchons pas notre plaisir. Fillon (futur premier ministre ?), Devedjian, Borloo, Barnier, Hortefeux, Lellouche, Pécresse, Morano…une nouvelle génération qui arrive aux manettes, c’est plutôt une bonne nouvelle dans un vieux pays comme le notre, en 2007 .

> il sait communiquer, et non ce n’est pas sale, çà fait partie du job. Etre populaire en démocratie, ce n’est pas une tare, c’est le moyen de faire avancer ses idées. Si les Socialistes préfèrent envoyer des losers médiatiques genre Jospin/Hollande/Fabius plutôt qu’une candidate populaire, il ne faudra pas qu’ils s’étonnent de leur résultat.

> il a une expérience d’homme d’Etat : maire, député, président du Conseil général des Hauts-de Seine, porte-parole du gouvernement, ministre du budget, ministre de l’Interieur, ministre de l’économie

> il s’est pris des gamelles : c’est important mettre du plomb dans le crâne de quelq’un, et relativiser les embûches liées à la fonction. Or, pour avoir soutenu Balladur en 1995, NS été mis tricard par toute la Chiraquie, et a mis 7 ans à revenir dans la course. Ses déboires sentimentaux médiatisés, la défaite au référendum, les émeutes en banlieue, le CPE, Clearstream, le mouvement des sans-papiers…on ne peut pas dire que sa route vers l’Elysée soit un long fleuve tranquille.

Ce que je n’aime pas chez lui : le côté hyperspeed, sur tous les fronts en permanence, j’ai aussi trouvé stupide qu’il explique que les émeutes de banlieue étaient coordonnées par des bandes organisées, je ne partage que partiellement son goût pour les “chansons” de Didier Barbelivien mais surtout, surtout pourquoi s’est-il entiché de la femme à Jacques Martin ????

Conclusion : mais pour qui pourriez vous bien voter en 2007 ?????

Pour l’extrême-gauche ?

Cà ne mange pas de pain, puisqu’ils n’arriveront pas au pouvoir, et çà fait la leçon aux “socialistes qui ne sont pas assez à gauche”. Bon évidemment çà vous a un petit arrière-goût de goulag et de violence politique, mais c’est si bon de frissonner avec des slogans simples et une idéologie pure et sans concession…comme le 21 avril 2002…

Pour les socialistes ?
Aujourd’hui plus que jamais la France a besoin de réformes profondes, une partie des socialistes pourrait les mener (DSK, Hollande, Royal ?), malheureusement ils sont minoritaires dans leur propre camp donc condamnés à l’immobilisme (souvenons-nous Jospin). Le PS est encore en grande partie antilibéral et anticapitaliste contrairement à ses homologues européens. Je pense sincèrement que leur accession au pouvoir nous ferait perdre de nouvelles années.

La droite ???
Et pourquoi pas ? De toute façon, comme c’est parti, je ne vois pas très bien comment une gauche aussi divisée pourrait empêcher Sarkozy d’être élu, l’UMP d’avoir la majorité à l’Assemblée dans la foulée.

On se sera cogné 12 ans d’immobilisme à la Chirac/Jospin/Villepin, on peut bien tenter 5 ans de mouvement, non ? En 2012, si on n’est pas contents, on changera de gouvernement (on peut espérer que d’ici là les Socialistes auront évolué, ha ha).

L’extrême-droite ?
Heu, c’est vous qui voyez.

Abstention, blanc, nul, pince à linge ???
Désolé, mais c’est vraiment trop facile de se réfugier dans le vote blanc ou l’abstention, çà veut dire “personne n’est assez bien pour moi” et à ce moment là, il faut aller au bout de sa logique et créer son parti…Chiche.
Voilà, j’espère que cette promenade dans 30 ans de vie politique vous aura interessé, et je me réjouis à l’avance des échanges courtois et feutrés qui se profilent à l’aube de cette campagne.

J‘en profite pour vous inviter à une soirée électorale et de poîlade républicaine le soir du premier tour de la Présidentielle, à savoir, sauf changement, le dimanche 22 avril 2007 à partir de 19h. Save your date!

Advertisements

4 Responses to “Conclusion : oui, mais alors, pour qui voter en 2007 ????? Pour qui ?”

  1. Mister D Says:

    “Raymond, PRESIDENT!!! Raymond PRESDENT !!!”

    Rdv du 22/04/07 noté, daté sauvée

    Mais rassure moi/nous: tu ne vas pas stopper là tes analyses?
    Je/On? veux(t) suivre ses élections sur ton blog en temps réels
    ENCORE!
    I/We? WANT MORE!

    alors, à suivre?

    et “qué viva la revolucion’!”
    heu?

  2. miss highwood Says:

    Voilà enfin une vraie question … pourquoi et surtout comment a-t-il pu s’enticher de la femme à Jacques ? est-ce la faute à Jacques qui aurait délaissé sa rouquine pour retourner avec Marie Pervenche ? est-ce le talent de séduction de Nicolas ? est-ce l’attrait du pouvoir (on dit de + que les hommes de pouvoir sont sexuellement insatiables (cf JFK))

    abordons enfin les questions de fond du débat politique et stoppons là ces récits racoleurs

  3. Missiz Jones Says:

    Moi je dis, Raymond pour les questions de fond + Miss Highwood pour l’aspect pipole : nous tenons nos chroniqueurs politiques pour cette longue campagne.
    Et déjà , le fait du jour à analyser : la réponse, ce matin à 0h30 de Jospin à lui-même : “finalement, j’y vais pas”.

  4. Raymond Says:

    Bien sur que je ne vais pas m’arrêter là, la story ne sera provisoiremment terminée qu’en juin prochain quand mon nouvel ami aura la majorité absolue à l’Assemblée.

    A Miss Highwood : Jacques a eu une affaire avec une contractuelle ? MAis je ne le savais pas, et on est quand même en 2006 !

    A Missiz Jones : Jospin c’est pas le mauvais bougre, mais il a une tellement haute opinion de lui-même, que même après la baffe de 2002 il ne s’est pas remis en cause. Je n’ose imaginer le melon qu’il aurait pris s’il avait été élu.


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: